L’Œil nu

Louise parcours les mondes urbains, celui des arbres et des humains, d’années en années, de la lumière à l’ombre. Des parcours et des prises comme une chasse impulsive, transcendante et jouissive.
Contemplation.